L’Express Styles septembre 2015

 

Château fort en rêve

A 45 minutes d’Angoulême, le fief charentais de la famille Primat-Schlumberger, tout juste restauré, raconte la saga d’un clan et ré-enchante la vie de princesse.

C’est un lieu singulier qui ne coche aucune case de l’hôtellerie traditionnelle. Il en va souvent ainsi des adresses qui ont eu mille vies avant de vous recevoir. Mais avant de vous ouvrir ses malles à souvenirs après cinq ans de restauration dont trois de fermeture, le Domaine des Etangs vous prend littéralement dans ses bras. C’est heureux. Vous venez de mettre pied à terre à la gare d’Angoulême. Sur la route de campagne, vous avez ondulé avec le paysage de Charente et regardé, au fur et à mesure des villages, passer les siècles de cette région rurale. Entre les lignes de l’horizon vous avez lu que cette terre protestante depuis le XVIème possède encore dans ses recoins l’austérité mais aussi les mystères des bastions isolés. Et alors que vous pensiez être arrivés, en voyant les tours de cet ancien château fort pointer dans ce décor presque parfait, vous comprenez que vous n’avez fait que la moitié du chemin. Il faut maintenant laisser infuser. L’élégance du lieu, architecture blonde du XIème entourée d’étangs, fait son effet. La météo n’a pourtant pas fait spécialement d’effort. Pluie annoncée tout le week-end. Comme pour s’excuser d’un caprice d’enfant gâté, le Domaine qui reprend ses marques depuis le printemps a donc déroulé sous ce ciel terne un tapis vert plein d’étoiles.

 

Le chef Fabien Beaufour débarqué de Londres, où il opérait à l’Oblix, accueille chaleureusement à grand renfort de délices régionaux. Géolocalisation par les papilles. La « responsable bien-être » du Domaine se charge de vous rappeler la philosophie du séjour à venir : luxe, calme et équilibre. Ici, explique t-elle, passé et futur, ciel et terre, yin et yang, féminin et masculin s’accordent. Quelques douceurs plus tard, vous voilà finalement arrivés à bon port, parés à arpenter ce havre isolé au milieu de nulle part, et explorer son concept de prime abord un brin ésotérique. Extinction du portable qui de toute façon ne capte plus. Et premiers pas dans ce « château d’hôtes » qui se vit pour l’heure comme si le propriétaire vous avait laissés les clés pour le week-end. Pas de lobby, mais tous les attributs d’un palace : service de majordome, fumoir, bibliothèque, piscine chauffée, trois hammams (tiède, chaud, très chaud) et un vieux grenier converti en salle de jeux pour petits et grands avec DVD et déguisements à volonté et sûrement quelques fantômes les soirs d’orage. On serait à deux doigts d’enfiler le costume de prince ou de princesse s’il n’y avait cette collection de détails, de l’améthyste violette, pierre de la sérénité, qui scintille au rez-de-chaussée, à la composition de 27 photographies sur la matière de Dieter Appelt, pour rappeler que le Domaine des Etangs, aussi fastueux soit-il, cherche moins à travers cette réouverture à en mettre plein la vue qu’à transmettre son histoire. « Une histoire de coeur », souffle Garance Primat, digne héritière de l’âme familiale et chef d’orchestre sensible de cette renaissance.

 

La saga du Domaine des Etangs a tout d’un conte. « Il y a un peu du Petit Prince, un peu de la Belle au Bois Dormant, un peu de Cendrillon, un peu de Blanche Neige », s’amuse t-elle. Le château fut le fief des chevaliers de Chasteignier de la Roche Posay, le verrou de la route reliant Limoges à Angoulême. Lieu de passage depuis la nuit des temps, il devint vers la moitié du 19ème siècle un lieu de vie et d’exploitation agricole jusqu’à son acquisition après la seconde guerre par le propriétaire de Fleury-Michon. Dans les années 80, le domaine est finalement repris par le père de Garance, Didier Primat, lui même petit-fils de Marcel Schlumberger, disparu depuis. Bâtisseur dans l’âme, vrai amoureux de la nature, il fit le souhait, avec sa femme, de créer sur mille hectares un modèle d’écosystème : de la restauration d’étangs datant du Moyen-âge à la réfection des six métairies éparpillées dans le domaine et destinées à être louées aux voyageurs, chaque détail fut confié à des artisans locaux, dans le respect des techniques d’antan quitte à les réhabiliter. Puzzle titanesque à la gloire de la Charente, son terroir et ses métiers, et qui révèle aujourd’hui son intérêt. Comme dans tous contes, ils eurent (évidemment) beaucoup d’enfants. « Nous étions déjà quatre, raconte Garance. Mes parents qui étaient tellement fous de ce lieu ont décidé de repartir pour un tour : ils en ont fait quatre autres. Et le jour de leur baptême, profitant de la présence du pasteur, ils se sont mariés religieusement dans le salon familial devant leurs huit enfants ». La date orne désormais l’une des cheminées. Point d’ancrage. « Ce domaine c’est la maison de mon enfance. J’ai voulu remettre en scène ce que j’ai vécu, avec les valeurs que mon père m’a transmises ». Garance a donc reconstruit le rêve pierre par pierre, consultant les archives, y découvrant mille trésors. « Mon père qui pensait aux générations futures avait par exemple constitué des stocks de matériaux, de tuiles, de pierres. Transmettre pour partager et faire grandir, tel était son voeux « .

 

Pour imaginer la suite du conte, et au passage restaurer le château qui tombait en décrépitude, il fallait bien s’entourer. Autour du berceau, bousculade de fées : la fantaisie et l’expertise de Nicolas Kenedi le compagnon de Garance stratège en communication, le chic de l’architecte d’intérieur Isabelle Stanislas qui a su greffer les antiquités familiales dans le nouveau décor, la simplicité surdouée du chef Fabien Beaufour, l’élégance d’Antoine Ricardou fondateur de be-pole en charge de la direction artistique, l’émotion du paysagiste Camille Müller dans le jardin en spirale, le savoir faire de Yann Kersalé pour la mise en lumière. Il y a aussi multitude de signatures prestigieuses, des tissus Hermès aux cigares Drevel. La flotte des voitures confiées aux clients sont des prototypes de la nouvelle Blue Car du Groupe Bolloré. Tout électrique. Clin d’oeil à Primland, l’autre propriété hôtelière de Didier Primat en Virginie, posée entre ciel et terre, sur des milliers d’hectares, avec son propre observatoire d’étoiles, le Domaine des Etangs regarde lui aussi vers les astres. Pas de hasard, une météorite est tombée il y a 200 millions d’années à quelques kilomètres. Aussi quand Garance Primat eut envie de bâtir à son tour, de « rallumer les étoiles » comme elle dit, elle convia à sa table l’astronomie et la poésie. Le Domaine qui reçoit aussi bien les familles (avec leur chien, si, si) que les esthètes en quête de bien-être se visite à la manière du Petit Poucet. De petit caillou en petit caillou, on passe d’une pièce à l’autre comme on changerait de planète, en explorant l’univers et ses questions fondamentales, avec pour guides les artistes Hiroshi Sugimoto, Laurent Grasso, Hergé, proximité d’Angoulême oblige, et bien d’autres encore. Les fines mouches remarqueront qu’une libellule s’invite en dessin partout sur les murs, elle est devenue l’emblème des lieux, « signe de l’équilibre de la nature, symbole de féérie et de réenchantement « . On remercierait presque la météo de nous avoir tourné le dos. Au détour d’une déambulation intérieure, on sera tombé sur un livre, un tableau ou un autre objet-madeleine qui nous aura tiré vers le monde de l’enfance. Fin de la déconnexion. L’hôtelier a fait son travail. Commence alors le meilleur : le temps de la reconnexion.

 

 

 

 

 

Carnet Pratique

Y aller

De la Gare Montparnasse, train direct vers Angoulême ou Limoges. Transfert de 45 minutes ensuite. www.domainedesetangs.com

 

 

Réserver

A partir de 700 € la nuit au château et 500 € dans la longère. Location de métairie : entre 600 € la nuit pour deux personnes et 1200 € pour dix.

 

Spa

Espace fitness avec trois hammams, piscine intérieure chauffée et piscine extérieure. Le spa n’ouvre que l’an prochain.

 

Restaurant

A partir de 35 € le menu déjeuner 2 plats, 55 € 3 plats avec eaux minérales, 120 € carte blanche du chef.

 

Mais aussi

Pour les enfants une aire de jeux de compétition entièrement en bois (trampoline, balançoire, cabane, etc), tennis, barque, équitation.

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on Twittershare on TumblrEmail to someone