Refuges Hors du Monde

 

Cellule de moine en Italie, cabane lapone en Suède, oasis dans le désert marocain ou ermitage dans le Vercors… En réponse aux maux de l’époque, de nouveaux concepts hôteliers misent sur la solitude et le silence pour apaiser l’âme. Huit adresses luxueuses et raffinées pour disparaître des radars.

 

Par Alice d’Orgeval

 

VIVOOD, UNE TANIÈRE CONTEMPLATIVE EN ESPAGNE

 

Auparavant, pour trouver des tentes ou des bungalows immergés en pleine nature, il fallait prendre au moins un billet d’avion pour le Kenya ou l’Afrique du Sud. Depuis quelques années, plus besoin de changer de continent… La nouvelle enseigne espagnole Vivood fait partie de cette génération d’établissements vertueux ayant placé la nature au cœur du dispositif hôtelier. Elle a ainsi ouvert sa première adresse l’an dernier dans la région d’Alicante, près de Guadalest, village réputé pour ses vues vertigineuses et son lac au creux de la vallée. Dans ce paysage de canyon, surplombant le décor, la vingtaine de suites disposées dans des bungalows de structure temporaire et sans béton réserve au visiteur – adulte seulement – une impression de déconnexion immédiate. La bonne conscience acquise grâce à une empreinte carbone limitée et à quelques panneaux solaires, il est facile de se mettre dans la peau d’un ermite en observant dès la nuit tombée la constellation de lumières clignoter au loin. Au petit matin, les grandes baies vitrées permettent de suivre depuis son lit le réveil de la nature. Et nul besoin de courir la pampa en quête de sensations, la terrasse, où on s’adonne au yoga, au jacuzzi et à la contemplation, invite à faire vœu de paresse.

A partir de 170 euros la nuit en chambre double sans le petit-déjeuner.A 50 minutes de route d’Alicante, www.vivood.com

 

 

FINN LOUGH, UNE BULLE DOUILLETTE EN IRLANDE DU NORD

 

Le luxe se pique aussi d’ensauvagement. A Finn Lough, en Irlande du Nord, il est ainsi possible de dormir au milieu des bois pour le même prix que dans un bon hôtel du Old Dublin. Cet écoresort familial qui s’étend sur une péninsule des rives du Lower Lough Erne a inauguré il y a quelques mois deux nouvelles suites en forme de bulles posées à l’écart des bâtiments hôteliers. La nature imposant de vivre dans le moment présent, une fois niché dans ce dôme transparent, on se remet à l’heure du ciel. L’obscurité venant, si la météo est clémente, le luxe s’évalue à la lueur des étoiles et de la lune. Dans cette nature foisonnante et humide du nord de l’Irlande, l’expérience sensorielle devient alors intense?: bruissements, hululements, croassements, sans parler des nombreux lutins qui peuplent les légendes de cette région de lacs. Une initiation douce à la vie sauvage, avec pour seul risque la nuit blanche.

256 euros la nuit en dôme transparent, petit-déjeuner inclus.A 1?h?55 de route de Belfast, www.finnlough.com

 

 

EREMITO – HOTELITO DEL ALMA, UN COUVENT DÉBRANCHÉ EN OMBRIE

Ironie du sort pour un hôtel qui prône la déconnexion, l’adresse a déjà fait le tour de la blogosphère tant son concept répond à l’une des quêtes de l’époque, celle du lâcher-prise. On n’est pas à un paradoxe près, surtout quand le propriétaire s’appelle Marcello Murzilli et qu’il fut dans une vie précédente l’un des hôteliers les plus en vue du Mexique. Membre de l’enseigne hôtelière branchée Design Hotel (encore un paradoxe), l’Eremito a donc ouvert ses portes il y a un an au fond d’une vallée en plein centre de l’Italie. A partir des ruines d’un ancien couvent, Murzilli a posé les fondations d’une nouvelle hôtellerie prônant écologie, spiritualité et même une certaine forme d’ascèse… Virage à 180 degrés?: dans cette bâtisse de pierres brutes construite sur le modèle des monastères franciscains du XVIIIe siècle, les 12 chambres (dites «?cellules?») sont faites pour une seule personne, les repas – végétariens – se déroulent en silence et une méditation est proposée avant le café au lait – de soja – du matin.

Ensuite, aucun programme… puisqu’il n’y a rien à faire. La première route est à une trentaine de minutes en 4×4. N’espérez pas un relais wi-fi. Oui, la 3G passe par endroits, mais il ne faut pas le dire. Car l’Eremito souhaite devenir le nouveau haut lieu en Europe de la «?digital detox?», ces cures de désintoxication pour les drogués du Net. Bref, un endroit pour réapprendre à bâiller, s’ennuyer, se retrouver et surtout disparaître des radars. Le summum du cool, selon Christina Crook, auteur du best-seller The Joy of Missing Out, dans lequel elle décrypte cette nouvelle joie de rater quelque chose quand le portable est éteint. Contre les petits écarts du quotidien, Marcello Murzilli nous livre son secret?: la marche en forêt les «?mains libres?» (comprendre?: sans smartphone), méthode de relaxation officiellement reconnue par les Japonais.

180 euros la nuit en chambre simple, en pension complète.A 2 heures de route de Rome ou de Florence.Liaison ferroviaire régionale?: gare de Fabro Ficulle, www.eremito.com

 

 

VIGILIUS MOUNTAIN RESORT, UN SANCTUAIRE HAUT PERCHÉ EN ITALIE

 

La philosophie qui a guidé l’architecte Matteo Thun dans la construction de l’écoresort Vigilius, à 1?500 mètres d’altitude sur les flancs du Vigiljoch, l’une des montagnes du Tyrol italien, à huit kilomètres de Merano, replace le projet dans sa globalité. «?Eco et non ego?». C’est-à-dire s’effacer devant la beauté de la nature et laisser parler l’environnement. On ne s’étonnera donc pas de trouver là un bâtiment écologique principalement bâti en bois et verre. De la même façon, les salles de bain, la piscine et le spa sont alimentés par une source d’eau minérale arrivant des cimes. Ce degré d’attention portée à la nature et à l’impact minimal de l’homme est l’œuvre du propriétaire, Ulrich Ladurner, leader en Europe de l’alimentation sans gluten et, surtout, amoureux fou des Alpes italiennes depuis sa tendre enfance. L’entrepreneur souhaitait donc à travers cet hôtel restituer l’expérience de la nature intacte. Aucune pollution sonore ne vient perturber la sérénité des lieux, pas même un bruit de moteur puisqu’on y accède par téléphérique, en une dizaine de minutes. Pas de télévision dans les chambres, mais la vue sur les Dolomites. Enfin, le wifi est rationné chaque soir, en mode off jusqu’au matin pour éviter que l’on s’endorme sur son écran.

230 euros la nuit en chambre double, petit-déjeuner compris.Téléphérique au départ de Lana, à 3?h?15 de route de Milan, 30 minutes de la gare de Bolzano, www.vigilius.it

 

 

QUINTA DO VALLADO, UNE ESCALE DURABLE DANS LE DOURO

Même si cet hôtel à flanc de coteau expose son élégance très contemporaine, la Quinta do Vallado est d’abord une histoire de tradition. C’est d’ailleurs ce dialogue entre le passé et le présent qui en fait le plus inspirant des ports d’attache le long du Douro. Un lieu pour oublier le mouvement. Etabli au XVIIIe siècle sur un affluent du fleuve (la Corgo), le vignoble est l’une des propriétés les plus anciennes et connues de la région de Porto, terre d’élection du vignoble portugais. Propriétaire depuis six générations, la famille poursuit l’ambition des aïeux, en y ajoutant – époque oblige – cette touche plus actuelle. Dans ce paysage partagé entre terre, ciel et eau, la nouvelle extension «?écofriendly?» de l’hôtel dessinée par l’architecte Francisco Vieira De Campos en pierre et bois fait figure de balcon sur le monde. Six suites seulement meublent l’espace, l’exclusivité est au cœur du concept. Au programme?: se réveiller face au paysage, piquer une tête dans la piscine avec vue sur les vignes, visiter les vignobles et le chai et poursuivre par une dégustation de vins de la maison, pour se lancer après le déjeuner dans une virée en kayak.

190 euros la nuit en chambre double avec petit-déjeuner.A 1?h?30 de route de Porto, www.quintadovallado.com

 

 

KASBAH BELDI, UNE OASIS HEUREUSE AU MAROC

 

Piqué par les cimes blanches de l’Atlas au loin, le ciel trône littéralement sur ce décor de lac et de collines pelées par le vent. La lumière fait ici l’effet d’être si puissante qu’elle percerait la plus ténébreuse des âmes. Il faut parcourir 40 minutes de route dans le désert pour mériter ce spectacle, et trouver cette Kasbah Beldi blottie dans l’anse du lac de Lalla Takerkoust. Elle est la deuxième adresse de la famille Leymarie qui, après le succès de son hôtel de Marrakech (le Beldi), cherchait un endroit à l’écart de la ville pour souffler en goûtant à l’isolement et au silence, le temps d’un déjeuner au bord de l’eau ou d’une parenthèse de quelques jours. Pari réussi. Hormis l’équipe marocaine de l’hôtel, d’une extrême gentillesse, on se croirait seul au monde dans cette ancienne ferme qui cultivait olives et légumes grâce à sa source naturelle. On y retrouve tout l’esprit «?bucolique chic?» du Beldi. Les maisons traditionnelles qui abritent chambres, suites et restaurant semblent exister depuis la nuit des temps (pas de télévision, wi-fi gratuit sur demande). Un pistachier de l’Atlas vieux de 300 ans sous lequel a été aménagée une terrasse devient le plus douillet des refuges pour bouquiner, refaire le monde, s’offrir une sieste. Les déjeuners se prennent chaque jour à des endroits différents au milieu de la végétation dense du jardin, si bien que l’on croise rarement ses voisins de chambre. Deux piscines et un spa (hammam traditionnel chauffé aux noyaux d’olives) complètent luxueusement le tableau. Pas d’autres tentations à l’horizon, mais chaque soir une voûte étoilée à faire pâlir d’envie les clinquants palaces de la palmeraie.

A partir de 126 euros la nuit en chambre double avec petit-déjeuner.A 50 minutes de route de Marrakech, kasbahbeldi. com

 

 

LA PENSÉE SAUVAGE, UN HAVRE FRUGAL DANS LE VERCORS

Outre notre âme, notre enveloppe terrestre a également besoin que l’on prenne soin d’elle. Les naturopathes Thomas Uhl et Maëlys Valin ont créé La Pensée Sauvage, au beau milieu du Vercors, à cette fin?: reconsidérer notre hygiène de vie et rééduquer notre métabolisme à se contenter du strict nécessaire. Une éthique de la frugalité qu’ils enseignent dans cet ancien home d’enfants, situé en pleine nature, à 40 minutes de la première gare. Les seize chambres, orientées plein sud, font face à un paysage de toute beauté, avec lever du soleil et tutti quanti. Quitte à se mettre à la diète, autant le faire sérieusement?: chaque cure d’une semaine commence donc par un bilan de vitalité à partir duquel un programme de menus (bio, vegan, local) et de soins est décidé par l’équipe (ostéopathes, masseuses, professeur de yoga, coach sportif, guides de montagne). Le jeûne thérapeutique (bouillon et tisanes) n’est d’ailleurs prescrit qu’aux pensionnaires déclarés aptes… Les autres suivront une monodiète ou une détox plus ou moins strictes. Wakamé, spiruline, chlorella, on ne comprend pas toujours tout, mais le fait est qu’on se sent de mieux en mieux. Le programme diététique se double d’activités physiques, essentiellement de longues marches sans joujou électronique – la seule règle à observer. Chaque soir, une conférence prépare au retour à la vie normale. People, chefs d’entreprise, journalistes, tous craquent pour cette adresse encore discrète dont la philosophie est aux antipodes des centres de remise en forme mondains de Suisse ou d’Allemagne.

A partir de 1?300 euros la cure en chambre double. A 1 h 50 de Lyon, à 55 mn de la gare de Valence TGV, www.lapenseesauvage.com

 

 

FJÄLLNÄS, UNE HUTTE RETIRÉE EN SUÈDE

 

 

Fjällnäs, l’un des plus anciens hôtels de Suède, propose de vivre la vie des Samis dans une hutte coupée du monde. Les aristocrates de Stockholm avaient déjà fait de ce site tout proche de la frontière norvégienne leur résidence d’été préférée pour la pureté de l’air. Propriétaire depuis 2008, la famille Bertmar a ajouté l’an dernier une étape de plus à cette expérience «?into the wild?» en retapant une cabane offerte jadis par une tribu du peuple autochtone. Pour la rejoindre, deux heures de marche ou 30 minutes de motoneige. On laisse son smartphone à l’hôtel, aucun réseau ne passe et l’électricité n’a pas été installée. Plongé dans cette solitude aussi glacée que sophistiquée (quelques designersse sont occupés de «?civiliser?» l’habitacle), on peut réanimer sa vie intérieure et s’éveillerà la beauté du monde sauvage. La cabane jouit d’un panorama unique sur le lac Bolagen. Sauna traditionnel suivi d’un plongeon nu dans le lac, lecture près du poêle, massage sur demande et dîner concocté par le chef de l’hôtel (bouillon de moules, saint-jacques au céleri, meringue à la lavande). A l’heure de l’addiction généralisée aux nouvelles technologies, ce qui pourrait ressembler à un délire de néo-aventurier se révèle être la dernière tendance du voyage de luxe en 2016.

330 euros la nuit la chambre double incluant le petit déjeuner. 960 euros pour deux les deux jours en cabane, tout inclus.A 2?h?30 de route de l’aéroport de Trondheim, à 45 mn de celui de Røros (tous deux situés en Norvège), www.fjallnas.se

Share on FacebookTweet about this on Twittershare on TumblrEmail to someone